Didactique

Articles avec un contenu didactique ou pédagogique.

Article original en anglais écrit par Jeff Dunn et publié sur Edudemic (lien original), traduit et adapté par Dominic Chartrand pour portfolioFLS.ca

L’intégration des médias sociaux aux activités professionnelles et scolaires semblent se faire beaucoup plus rapidement dans les pays de tradition anglaise que dans le monde francophone. D’ailleurs, la littérature en français sur le sujet est encore assez rare. J’ai trouvé cet article intéressant sur l’intégration de Twitter en enseignement sur le site Edudemic, qui m’a gentiment permis de le traduire pour vous faire découvrir le potentiel pédagogique et andragogique de Twitter. Malgré que l’article ait originalement été écrit davantage pour le monde des études postsecondaires, il contient tout de même des idées très intéressantes pour tous les enseignants.

 

Twitter

À ses débuts, le réseau social Twitter était perçu comme un passe-temps permettant de garder contact avec ses amis et partager des éléments de sa vie quotidienne. Cependant, de par son évolution et son développement au cours des dernières années, Twitter est devenu bien plus pour plusieurs utilisateurs.

Source : teachthought.com

 

De nos jours, Twitter est une puissance mondiale dans les domaines du marketing, des communications, des affaires et même de l’enseignement en permettant à des gens de toute origine de coopérer ou collaborer, de travailler ensemble, de partager des idées et de se faire connaître.

 

Devenant une partie intégrante de plusieurs formations en ligne, plusieurs acteurs du milieu éducatif se demandent de plus en plus si et comment ils devraient utiliser Twitter dans la salle de classe et dans leur vie professionnelle. Edudemic a donc procédé à la mise à jour du premier article sur le sujet paru en 2009 pour vous permettre de commencer directement à utiliser Twitter, ou à d’actualiser vos connaissances sur le potentiel de cet outil.

 

Que vous soyez un enseignant, un chercheur ou simplement intéressé à faire votre entrée sur Twitter, vous trouverez dans le présent article des conseils ou des trucs pour vous aider à faire les premiers pas dans l’intégration de ce réseau pour la construction de vos cours, pour vos recherches, pour du réseautage professionnel, et plus encore.

  Continuer la lecture

Facebook Twitter Email

enseignant_adosVous êtes découragés par la compétence orthographique ou grammaticale de vos élèves? Vos apprenants persistent à commettre des fautes sur des notions qui auraient dû être maîtrisées plusieurs années avant d’atterrir dans votre cours? Vous ne savez pas comment favoriser l’intégration de notions de grammaire dans votre cours déjà si chargé?

 

Les possibilités sont nombreuses. Les suggestions du milieu éducatif le sont aussi. Pour ma part, j’ai entendu parler de la dictée 0 faute dans un cours sur la didactique de l’écriture. Sans le savoir, mon propre professeur de français de 3e secondaire nous donnait ce type de dictée quotidiennement. Encore aujourd’hui, évoquer le nom de cet enseignant avec mes anciens collègues de classe équivaut à parler de celui qui nous a tous appris comment bien écrire en français. J’ai donc essayé d’implanter moi-même cette pratique en stage dans des classes de 3e et 5e secondaire en immersion française pour voir si des retombées intéressantes pouvaient être constatées de cette pratique avec des apprenants du français langue seconde.

 

La dictée 0 faute : qu’est-ce que c’est?

 

De manière concise, la dictée 0 faute consiste à dicter un texte et, plutôt que de laisser les élèves un temps pour effectuer les corrections individuellement, suit ensuite une période où les élèves peuvent demander en grand groupe toutes les questions qu’ils veulent sur des notions grammaticales et sur l’orthographe de manière à ce que, collectivement, tout le monde soit en mesure de développer le doute grammatical.

 

Nadeau et Fisher (2006), cités par Wilkinson (2009), décrivent la dictée 0 faute ainsi :

«Un court texte est dicté aux élèves. Selon la présentation qu’en fait Cogis (2005), les élèves écrivent d’abord individuellement et sont invités à souligner ce dont ils ne sont pas certains. Ils ont la possibilité de poser toutes les questions qu’ils désirent pendant la dictée même, ce qui les amène à exprimer le moindre doute le plus clairement possible. Il s’agit d’une occasion pour montrer aux apprenants à articuler toutes les connaissances nécessaires à la résolution d’un problème en leur donnant droit à l’erreur.»

 

Voici la variante que j’ai installée dans mes groupes en immersion française, elle-même inspirée d’une méthode utilisée par un de mes enseignants au secondaire:

  1. Au début de chaque cour, je redistribue les feuilles mobiles sur lesquelles se trouvent les dictées corrigées du cour précédent.
  2. Je demande ensuite aux élèves d’écrire la date d’aujourd’hui.
  3. Puis, je dicte 2 phrases (parfois qu’une seule lorsque nous sommes serrés dans le temps) qui contiennent des notions avec lesquelles les élèves ont de la difficulté et qui sont basées sur un thème en particulier (l’actualité internationale, dans mon cas ou des nouvelles insolites).
  4. Après les quelques minutes passées à dicter les phrases vient ensuite une période d’interaction entre le groupe et l’enseignant pendant laquelle les élèves peuvent poser toutes les questions qu’ils veulent (sans que je ne leur donne nécessairement la réponse toute crue dans le bec).

 

Les élèves pouvaient me demander, par exemple : 

Continuer la lecture

Facebook Twitter Email

Il y a de cela quelques jours, le numéro 165 (printemps 2012) de la revue Québec français est arrivé dans ma boîte aux lettres. Cette édition porte sur le thème de l’apocalypse en littérature et sur la didactique des productions orales et écrites. Cliquez ici pour visualiser le sommaire du numéro.

Voici la liste des articles par section :

 

Didactique

 
Les productions orales et écrites : des outils d’apprentissage à portée de tous (Nancy  Allan  et  Raphaël  Riente)
Le conte oral en classe (Geneviève  Falaise)
Le résumé de lecture… un outil d’apprentissage et d’évaluation (Raphaël  Riente)
Le slam, une ouverture moderne sur la poésie : travaillons l’oral ensemble (Catherine Crête-D’Avignon)
La chanson pour travailler l’oral et l’écrit en classe de français (Ophélie Tremblay)
Des ressources pour enseigner l’oral (Christian Dumais et Raymond Nolin)
La compétence orale en français langue seconde (Simon Collin)
Apprendre à écrire (aussi) en mathématiques : une démarche intégrée d’écriture de phrases (Annie Camenisch)
Stratégies de productions écrites en mathématiques : le cas d’énoncés de problèmes additifs (Serge Petit)
Outils déclencheurs d’écriture de fiction (Monique  Noël-Gaudreault)
Développer la compétence à écrire des textes explicatifs (Martine Cavanagh et Sylvie Schaller-Davis)
Hors dossier
Pays sans chapeau. Lire la littérature migrante au secondaire (Alexie Miquelon)
Facebook Twitter Email

Lecture avec mon prof

J’ai eu la chance d’aider à implanter les 5 au quotidien (Daily 5 en anglais) dans le cadre de mon stage dans une classe d’immersion française de 3e année du primaire (constituée de débutants et de locuteurs natifs). Comme j’ai constaté qu’il y a présentement très peu de ressources francophones sur le sujet, je me suis dit que partager mon expérience ici ne pourrait pas faire de tort.

 

Avant que vous ne lisiez plus loin, je tiens à souligner que mon expérience n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Par mes échanges avec d’autres enseignants, je me suis rendu compte qu’il existe une multitude de façons d’instaurer le 5 au quotidien et un grand nombre de variantes sont possibles pour le déroulement de cette routine.

 

En fait, que sont les 5 au Quotidien?

 

Les 5 au quotidien, c’est un système d’éveil aux plaisirs et de la gestion de l’apprentissage (et de la pratique) de la lecture et de l’écriture mis au point par deux enseignantes (Gail Moser Boushey et Joan Moser) de l’État de Washington, aux États-Unis.

 

Il s’agit en fait, à chaque jour, de diviser la classe en 5 équipes dont le niveau de lecture ou le niveau langagier est semblable. Chacune des équipes fera un atelier relié de près ou de loin à la lecture pendant une période d’environ 15 minutes. Au courant de la semaine, chaque équipe fera un atelier différent à chaque jour (une rotation permet à tout le monde de faire toutes les activités à l’intérieur d’une semaine). Voici les 5 ateliers qui sont généralement adoptés par les enseignants :

 

  • Lecture avec mon prof (l’enseignant lit une histoire ou un texte avec ses élèves en leur apportant une aide spécialisée pour développer les stratégies de lecture)
  • Lecture à un ami (généralement en équipes de deux, les élèves lisent chacun leur tour à l’autre, ils lisent ensemble)
  • Écouter la lecture (écoute d’un texte ou d’une histoire audio avec ou sans le texte sous les yeux)
  • Étude de mots (utilisé à toutes les sauces pour développer le vocabulaire)
  • Écriture (aussi utilisé à toutes les sauces selon l’enseignant)
  • Certains enseignants remplacent l’un des ateliers mentionnés plus haut par Lecture seul (l’élève prend un livre et le lit par lui-même)

 

Cette routine est de plus en plus populaire aux États-Unis et au Canada, au primaire comme au secondaire. En effet, les 5 au quotidien comportent plusieurs avantages. Par exemple, l’atelier lecture avec mon prof permet, une fois par semaine, pendant 15 minutes, d’aider les élèves à développer leurs habiletés en lecture et l’usage de stratégies selon leur niveau. Les autres ateliers permettent de mettre les élèves sur une tâche durant une période qui n’est ni trop longue, ni trop courte tout en développant certaines notions ciblées par l’enseignant, de favoriser l’interaction et le développement de l’autonomie (surtout pour les plus jeunes).

Selon mon expérience, je peux vous dire qu’en très peu de temps, les élèves se sont mis à adorer faire les 5 au quotidien (et malheur à mon enseignante formatrice et moi si nous ne leur faisions pas faire!).

 

Qu’avons-nous fait pour installer les 5 au Quotidien?

Continuer la lecture

Facebook Twitter Email

Comment faire travailler la prononciation de nos élèves alors qu’ils ne sont plus dans la classe en présence du modèle linguistique de l’enseignant? J’ai souvent entendu les professeurs de langue seconde (surtout en classe d’accueil aux immigrants) se poser cette question. Eh bien, figurez-vous que je vous ai déniché un site sur lequel il est possible d’entrer des mots ou du texte (tant que ça ne dépasse pas les 200 caractères) qui seront lu à voix haute par un synthétiseur vocal gratuit (un logiciel de Text to Speech). Un nouvel outil très intéressant pour aider les élèves de français langue seconde ou étrangère dans le développement de leurs compétences en production orale.

Entrez ce que vous voulez dans le bloc de texte, et choisissez ensuite la voix que vous voulez!

 

Vous savez ce qui est merveilleux? Il y a plusieurs modèles de voix! Il y a ainsi des voix françaises avec la prosodie et l’accent européen (il existe plusieurs voix que vous pouvez sélectionner), et il y a aussi une voix québécoise (Canadian french)! Vous croyez que ce ne sont que des voix automatisées? Détrompez-vous. La fluidité des voix (sauf pour celle de Bruno) est désarmante. Dans le cas de la voix québécoise, des variations prosodiques ont même été configurées si un mot est suivi de marques de ponctuation.

 

Ce site pourrait donc s’avérer un excellent outil pour nos élèves (surtout pour ceux qui ne sont pas exposés au français en dehors de la salle de classe) qui pourraient légitimement se demander comment prononcer certains mots… Un formidable appui phonologique!

Allez vous y amuser! http://www.naturalreaders.com/sample.htm

 

Facebook Twitter Email

No. 163 de la revue Québec français

Bonjour à tous,

 

Je viens tout juste de recevoir ma copie de la revue Québec français pour me rendre compte que  l’édition de la saison porte sur le français langue seconde au Québec!

Voici les titres des articles concernés :

  • Le français langue seconde au Québec : un aperçu de sa diversité (par Simon Collin et Nancy Allen)
  • Un cadre de référence pour le Canada (par Morgan Le Thiec Rautureau)
  • Les élèves allophones au Québec : le FLS revisité? (par Simon Collin, Thierry Karsenti, Sonia Fréchette, Vitmira Murataj et Réginal Fleury)
  • Vocabulaire en FL2 : utile d’avoir la tête à Papineau? (par Linda de Serres)
  • Enseigner autrement des expressions figées métaphories (par Le Thi Hoa)
  • Les colocs en action : une approche orale des collocations (par Andréanne Gendron-Landry)
  • Comprendre le vernaculaire pour s’intégrer (par Élisabeth Veilleux)

Continuer la lecture

Facebook Twitter Email

L’édition de novembre 2011 du magazine Québec Sciences contient un tout petit article relatant les conclusions d’une étude du Groupe de recherche sur l’inadaptation psychosociale chez l’enfant (GRIP) conduite sur plus de 2000 élèves pendant une période s’étalant sur plus de 16 ans. Selon cette étude, les jeunes qui sont hyperactifs ont un taux d’échec scolaire à peine plus élevé que la normale (28% contre 22%). Par opposition, les enfants chez qui le symptôme d’inattention prédomine, le taux d’échec scolaire est situé à plus de 65%.

 

Comme les enfants différents sont intégrés dans les classes régulières au Québec, il est toujours pertinent de se tenir à jour dans les recherches!

 

Vous pouvez consulter les résultats de la recherche de manière plus détaillée en cliquant ici.

Facebook Twitter Email

Les passeurs de littérature écrit par Layla Khanji

En avril dernier a eu lieu le lancement de Les passeurs de littérature, premier livre écrit par Madame Layla Khanji, une grande pédagogue enseignant depuis près de 25 ans le français immersion et langue seconde à l’école publique anglophone Westmount High sur l’île de Montréal. En tant qu’étudiant universitaire en enseignement du français langue seconde, j’ai trouvé que ce livre était un véritable petit trésor! Laissez-moi donc vous expliquer pourquoi…

 

Avant toute chose, voici le descriptif du livre (provenant du site des Presses de l’Université Laval) :

Cet ouvrage est dédié à l’enseignement du français au secondaire. Il rassemble les meilleurs moments vécus en salle de classe par une pédagogue expérimentée. Vous y trouverez entre autres des activités pédagogiques et des idées de romans, de pièces de théâtre, des poèmes et des slams qui ont fait leurs preuves et ont touché plusieurs jeunes adolescents.

L’auteure transmet un magnifique message aux stagiaires et aux jeunes enseignants. Sa passion pour l’enseignement du français et son engagement auprès de ses élèves sont une réelle source d’inspiration. Les enseignants en herbe apprécieront ce guide pour son côté pratique et se familiariseront avec le milieu du secondaire grâce aux dix règles d’or que l’auteure propose.

Un disque compact accompagne ce guide. Il contient plusieurs fiches de lecture de romans, des activités et des grilles d’analyse ou d’évaluation, modifiables en fonction des choix pédago­giques des enseignants.

 

Pourquoi est-ce un livre à lire?

Continuer la lecture

Facebook Twitter Email